­
  • © n1
  • Candidature UNESCO
    © Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame, Strasbourg
  • Atelier de sculpture. Crédits: Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame, Strasbourg
    © n3

Fondation de l’Œuvre Notre-Dame

Histoire de la Fondation En 1015, Werner de Habsbourg pose la première pierre d’une nouvelle cathédrale à Strasbourg. Après un incendie qui détruit une grande partie de l’édifice, la construction reprend et ne s’achèvera que plusieurs siècles plus tard. La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, en tant que structure chargée d’organiser les interventions des corps de métiers œuvrant sur le chantier et de collecter les fonds nécessaires pour la poursuite de l’ouvrage, est mentionnée pour la première fois vers 1224-1228 sous le terme de opus Sancte Marie. Indissolublement liée au destin de la cathédrale, son histoire ininterrompue est aussi celle de la diffusion en Europe des arts et des idées, des connaissances et des techniques. Immanquablement, elle verra s’affronter les puissances de son temps. Des tensions extrêmes entre les pouvoirs laïque et ecclésiastique, allant jusqu’au conflit armé, aboutiront à la placer sous l’autorité municipale. Elle fonctionnera ensuite comme une fondation. La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame acquiert, par son statut particulier et grâce à l’habilité, à l’émulation d’artisans venus de l’Europe entière, une réputation incontestée dans tout le Saint-Empire romain germanique et devient en 1459 Loge Suprême du Saint-Empire. La fondation survivra à la Révolution française, confirmée par un arrêté consulaire signé de Napoléon Bonaparte. La création de la Caisse des Monuments historiques en 1832 par Prosper Mérimée n’affectera pas son statut, confirmé à nouveau après l’annexion de 1870 par la réintroduction du droit allemand. Chargée de réparer les dommages de guerre, elle démontrera, comme dans les siècles passés, sa capacité à concilier innovation et tradition dans l’entretien, la conservation et la restauration de la cathédrale de Strasbourg. La Fondation emploie trente et une personnes (tailleurs de pierre, sculpteurs, conservateurs, forgerons, etc.). Elle est située au 3, place du Château à côté de la cathédrale, dans une bâtisse du XIVe siècle qui abrite aussi le musée de l’Œuvre Notre-Dame1. Depuis le 27 juin 2017, la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame est inscrite à l’inventaire national du Patrimoine culturel immatériel sous le libellé « Les savoir-faire de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame appliqués à la cathédrale de Strasbourg et sa collaboration coutumière. » Cet inventaire est placé sous la responsabilité du ministère de la Culture et constitue unpréalable à une candidature internationale auprès de l’Unesco.

Informations visiteurs

Tarifs

Accessibilité Handicapés

Commentaire

  • Accueil du public sur rendez-vous

Contacts

Adresse de visite du musée

  • 3 place du Château - 67000 Strasbourg
  • 67000 Strasbourg
  • France

Pour écrire au musée

  • 3 place du Château - 67000 Strasbourg
  • 67000 strasbourg
  • France

Collections

Profil du musée et des collections

  • Grandes périodes de collection: 1850 - 1949, 1950 - 1999, 2000 et après
  • Nombre d'objets physiques: env. 70000
  • Grâce à une existence ininterrompue depuis le XIIIe siècle, la Fondation de l’Œuvre Notre Dame possède de riches collections qui font de la cathédrale de Strasbourg un monument rigoureusement documenté : on compte des collections d’archives, de plans (dont une quarantaine de plans médiévaux sur parchemin) et gravures, de photographies, une bibliothèque, une collection d’outils anciens ainsi qu’une collection de moulages et un dépôt lapidaire. Une grande partie des archives de la Fondation nous est parvenue, cas unique en France et en Europe rhénane. Les archives écrites: Les archives anciennes (du XIVe au XIXe siècle) sont conservées aux archives de l’Eurométropole. Les archives du XXe siècle sont conservées à la Fondation. On y trouve des documents spécifiques aux activités de l’œuvre Notre Dame : restaurations et études techniques, travaux, correspondances, gestion etc. Il existe également des fonds spécifiques. Les archives graphiques : Elles rassemblent les plans et dessins de la cathédrale et des immeubles de la Fondation, qui s’élèvent au nombre de 6000. Ces plans, des XIXe et XXe siècles dans leur majorité, sont des plans de restauration, des croquis, projets, relevés, plans photogrammétriques etc. A ces plans et dessins s’ajoutent des fiches de taille, gabarits et épures, réalisés par l’appareilleur à destination des tailleurs de pierre. Les relevés des marques lapidaires font aussi partie de la collection. La pratique de collecte des marques est initiée en 1891 à la cathédrale, et encore pratiquée aujourd’hui. Les archives photographiques : La photothèque de la Fondation conserve des plaques de verres, albums, photographies argentiques, films, négatifs, ektachromes, diapositives et photographies numériques. Le fonds représente une documentation exhaustive de la cathédrale et du patrimoine de la Fondation. Les clichés les plus anciens, sur plaque de verre, sont datés des années 1850. La bibliothèque : Elle réunit un ensemble d’environ 7000 ouvrages (périodiques, livres, monographies, catalogues) sur la cathédrale de Strasbourg, les grès et les thèmes associés. Le plus ancien ouvrage conservé est un règlement de la corporation des tailleurs de pierre datant du XVIIe siècle. La gypsothèque : C’est la collection des moulages de la Fondation, riche de 5000 objets. Depuis le XIXe siècle, les sculpteurs réalisent des estampages. Ces pièces sont indispensables pour exécuter des copies lors des chantiers. Aujourd’hui encore, les sculpteurs réalisent des moulages et enrichissent le fonds. Le dépôt lapidaire : Il regroupe les pierres anciennes et les sculptures déposées de la cathédrale. Les aspects de taille et autres empreintes laissées sur les pierres constituent autant de témoins pour les restaurations. Les sculptures déposées, essentiellement des gargouilles et chimères des XIIIe-XIVe siècles et des statues du XIXe siècle, sont un témoignage important pour la mémoire historique et architecturale de la cathédrale. Les vitraux: La Fondation conserve 45 panneaux de vitraux de la cathédrale, et les vitraux de l’ancienne église des Dominicains (qui fut incendiée en 1870), achetés en 1834. Une partie de ces derniers a été posée dans la cathédrale, l’autre est conservée dans les collections de la Fondation.

Activités du Musée autour des collections

  • Informations utiles: Organisation d'expositions temporaires, Prêts, Inventaire, Restauration des objets, Acquisitions, Visites scolaires, Conférences thématiques

Ressources

Fonds documentaire

Fonds photographiques

  • Nombre d'image: 40000
  • Cathédrale de Strasbourg
  • Diapositives, Tirages papier, Support numérique, Plaques de verre
  • Autre support: ektachromes, négatifs

Fonds audiovisuel

  • Nombre d'exemplaire: 1000
  • Cathédrale de Strasbourg et ses ateliers
  • Films, Enregistrements audio

Fonds audiovisuel

  • Nombre d'exemplaire: 1000
  • Cathédrale de Strasbourg et ses ateliers
  • Films, Enregistrements audio

Fonds d'archive

  • Volume: 65 ml
  • Chantiers de restauration de la cathédrale de Strasbourg et vie de l'Institution
  • Dessins, Plans, Photographies, Correspondances

Personnel du musée

  • Fischer Eric
  • Responsable des collections ou conservateur, Restaurateur, Documentaliste, Archiviste, Chargé de communication
  • Outre les chargés des collections et les équipes administratives, les ateliers emploient des tailleurs de pierre, sculpteurs, maçons, menuisiers et forgerons
  • Nombre de salariés 32

Société des amis

Contact (référent)

Nom de la société des amis