Les calèches dorment dans les réserves de l’AMTUIR en attendnt l’ouverture du futur musée des transports