Signé"J.Salleron, 24 rue Pavée (au Marais), Paris".

Une colonne centrale, montée sur trois pieds à vis calantes par une platine tournante munie d’une vis de blocage, porte une lunette, pour les visée azimutales au-dessus d’une platine centrale circulaire à six bras avec une échelle de 360° gravée sur argent incrustée dans la plaque et lisible à 4 minutes d’arc par l’un ou l’autre de deux vernis munis de microscopes. Un niveau à bulle est monté sur la même platine, avec au-dessus une lunette d’altitude avec vis de blocage et mouvement lent, et une échelle en arc graduée 60-0-60° lisant à 3 minutes d’arc par un vernier muni d’une loupe.

De forme et de construction cet instrument est presque identique avec le cercle répétiteur de Lerebours et Secrétan qui auraient bien pu être les fournisseur de Salleron, si tous les deux n’étaient pas fournis par un tiers.

J.B Salleron (mort en 1898) fonde son atelier de construction d’instruments de précision « pour la science et l’industrie » en 1855. Fabricant de la « planisphère pour les distances lunaires » de Hué et en 1874 d’une balance analytique suivant les spécifications de Mendéléev. Au début de sa carrière il produit toute une série d’instruments novateurs pour la météorologie dont une baromètre lisant à un millième de centimètre. C’est lui qui fournit la plupart des instruments pour l’observatoire météorologique établi par Marie-Davy au Parc Montsouris à Paris. A partir de 1880 sa maison s’occupait de plus en plus d’instruments pour l’œnologie sur lesquels il écrivit plusieurs ouvrages.